FARO. Interface flamande pour le patrimoine culturel asbl

FARO. Interface flamande pour le patrimoine culturel asbl est l’interface pour le secteur du patrimoine culturel et immatériel. Ses fonctions sont décrites dans le décret flamand sur le patrimoine culturel. Le Ministre de la Culture est responsable pour le développement de la politique pour le patrimoine culturel. L’organisation FARO est subventionnée par le Gouvernement flamand et est supervisée par le Ministère flamand de la Culture, l’Agence pour les Arts et le Patrimoine culturel (Agentschap Kunsten en Erfgoed van het Vlaams Ministerie Cultuur, Jeugd, Sport en Media)

Le décret flamand sur le patrimoine culturel (2008) trouve son inspiration dans la Convention-cadre de Faro sur la valeur du patrimoine culturel pour la société (Conseil de l’Europe, 27 octobre 2005). Le fondement du nouveau décret est la notion de ‘communauté patrimoniale’:  une communauté patrimoniale se compose de personnes qui attachent de la valeur à des aspects spécifiques du patrimoine culturel qu’elles souhaitent, dans le cadre de l’action publique, maintenir et transmettre aux générations futures. La mise en pratique du nouveau décret sur le patrimoine culturel sera l’une des missions principales de la nouvelle interface.

FARO est située dans le bâtiment De Priem, au cœur de Bruxelles.

Téléchargez notre brochure

Le nom ‘FARO’
Le mot ‘faro’ signifie ‘phare’ dans différentes langues (espagnol, italien, portugais). Le mot se réfère évidemment à l’île de Pharos, qui se trouvait autrefois au large de la côte égyptienne et sur laquelle se trouvait l’une des sept merveilles du monde, à savoir le phare du même nom. Par la métaphore, le mot exprime quelques aspects de ce que peut représenter une interface telle que FARO: c’est un symbole fort évoquant vigilance et attention, un point de repère sérieux pour le public, les autorités et les organisations.

A proximité du phare Pharos se trouvait Alexandrie, où fut construit le temple des muses, le M(o)useion (à l’origine du mot ‘musée’). La ville comptait également la grande bibliothèque d’Alexandrie, maintenant reconstruite (Bibliotheca Alexandrina).

Les missions de FARO
FARO veut renforcer et soutenir le secteur du patrimoine culturel en Flandre (musées, archives, bibliothèques et autres organisations et associations), au sein même du cadre de référence constitué par le décret pour le patrimoine culturel. L’objectif est la réalisation des missions principales du décret:

  1. développer une politique relative au patrimoine culturel, c.-à-d. stimuler un souci qualitatif et durable pour un développement du patrimoine culturel partant d’une approche intégrée;
  2. développer un réseau d’organisations de défense du patrimoine afin de cultiver, représenter, reconnaître et valoriser l’expérience du patrimoine culturel auprès du grand public; 
  3. stimuler le développement des différentes pratiques relatives au patrimoine culturel: la muséologie, l’archivistique, la science de l’information et des bibliothèques, et l’ethnologie;
  4. développer une attention particulière pour la diversité culturelle au sein de la politique relative au patrimoine culturel.

Dans le décret sur le patrimoine culturel, les missions principales de l’interface FARO sont décrites comme des missions de soutien et de développement du secteur du patrimoine culturel en Flandre. FARO développe aussi des initiatives de communication et des actions pour le public, comme par exemple chaque année la "journée du patrimoine culturel" (Erfgoeddag).

L’interface traduit ses différentes missions et fonctions dans un plan stratégique quinquennal remis au Ministre flamand de la Culture. Sur base du plan stratégique, l’interface conclut un contrat de gestion avec le Ministre de la Culture et le Gouvernement flamand qui lui octroient une subvention. L’interface rédige chaque année un plan d’action.

FARO est intéressé à nouer des contacts avec d'autres institutions et organisations à l'étranger afin de développer des programmes, des projets, voire des échanges sur le plan international.